19h48. Il est déjà tard. Elle a eu une longue journée. Elle n’en peut plus. Elle n’a qu’une seule envie, se mettre quelque chose sous la dent et descendre une demi bouteille de vin sur son bon vieux canap’. Arrivée à l’épicerie, elle ne prend pas la peine de saluer l’épicier et fonce directement vers le rayon des fruits et légumes pour choper quelques avocats. Quand soudain sa main se paralyse, un des avocats se met à parler : « NON, tu ne vas pas recommencer ! ». « Pardon ? » s’exclame-t-elle surprise. Elle a certainement rêvé. Elle rapproche sa main du fruit quand ce dernier rétorque de plus belle « non mais ça va là ! Ça fait trois soirs de suite que tu nous transformes en guacamole, faut se calmer maintenant !».

 

La jeune femme : Non mais oh ! Un avocat qui parle et en plus pour me donner des ordres ! On aura tout vu ! Roh, et puis j’ai pas le temps d’épiloguer, je suis pressée.

 

L’épicier (interloqué) : Tout va bien mademoiselle ?

 

La jeune femme (déboussolée): Oui oui, excusez-moi… Je fais juste face à… une résistance non anticipée…

 

L’épicier : Quelle résistance ?! Regardez comme ils sont beaux et mûrs mes avocats ! Ils viennent du Mexique ! Il n’y a pas de doute à avoir, vous pourrez les manger dès ce soir ! 

 

L’avocat (hors de lui) : Tu m’étonnes que je suis mûr ! Je sors tout juste d’une mûrisserie, après plusieurs jours d’enfermement, abruti !

 

La jeune femme : Tu viens du Mexique ?

 

L’avocat : Tu ne t’étais jamais posé la question avant ? Bien sûr ! Je viens de l’État de Michoacan pour être précis ! Mon pays est le plus grand producteur d’avocats mondial ! Mais le Pérou, la République Dominicaine et le Chili ne sont pas très loin derrière.

 

La jeune femme : Ah oui, c’est un long voyage effectivement…

 

L’avocat : Trop long ! J’ai d’abord parcouru plusieurs centaines de kilomètres en camion. Avant d’atterrir dans un bateau sur lequel on a traversé l’océan pendant 20 jours à 6°C. Je te raconte pas comment je me caillais les miches à bord. Puis après, direction la mûrisserie… Paye ton choc thermique ! Et tout ça pour quoi ? Pour finir ma vie en un guacamole trop aillé en France, premier pays consommateur d’avocats en Europe ! Franchement, vous exagérez, vous les français avec votre tendance « healthy » ! Tu sais qu’on va jusqu’à me surnommer « l’or vert » ? (avec une voix pleine de désespoir) Ouais, enfin ça craint, maintenant je suis devenu victime de mon succès… Du coup, j’ai décidé de me faire avocat de toutes les victimes de cette industrie ! 

 

La jeune femme (clignant des yeux, à elle-même) : Non mais je rêve…

 

L’avocat : Sais-tu seulement que pour faire un guacamole avec 3 pauv’ avocats il faut environ 1000 litres d’eau … ?

 

La jeune femme (sur la défensive): Bon on va arrêter avec ces discours moralisateurs, hein ! Je suis déjà végétarienne et mon empreinte carbone est suffisamment limitée ! Alors je fais ce que je peux et je ne suis pas parfaite ! Et je n’ai pas non plus l’intention de tout quitter pour me transformer en ermite et aller me terrer dans les bois !

 

L’avocat (ne prêtant aucune attention à son l’intervention): …En découlent contournement d’eau, nappes phréatiques surexploitées et polluées, guerres d’eau entre les villages…

 

La jeune femme (commençant à éprouver un certain intérêt pour le récit de l’avocat):… Ah bon?

 

L’avocat : Et c’est pas tout ! Pour faire face à la demande croissante – car, soit dit en passant, la consommation européenne d’avocats a augmenté de 220% en 10 ans, de 2008 à 2018 – certains producteurs ne se gênent même plus pour raser des forêts entières de pins endémiques et planter clandestinement des avocatiers. Rien qu’au Mexique, l’équivalent de centaines de terrains de football sont rasés chaque année pour faire place à la production de l’avocat… Je peux te dire que l’écosystème en prend un bon coup.

 

La jeune femme (un peu gênée) : J’avoue, ça craint…

 

L’avocat : Enfin, madame l’écolo, sache aussi que la vie de milliers de personnes est en jeu, victimes de cette industrie aux contrecoups beaucoup trop méconnus.

 

La jeune femme (crédule) : Faut voir le côté positif, au moins ça crée de l’emploi, n’est-ce pas?

 

L’avocat (écarquillant les yeux): Malheureuse ! Ça crée surtout des désastres humains et sanitaires. Le marché de l’avocat est tellement prisé, que les cultivateurs sont rackettés par des cartels de la drogue qui exigent leurs parts des bénéfices. Ceux qui tiennent tête sont abattus ou torturés. La culture de l’avocat est loin d’être aussi verte qu’on ne l’imagine de l’autre côté de l’océan… Le rouge s’immisce trop souvent dans les champs, abreuvant les terres de souffrance et d’injustice.

 

Grosse quinte de toux

 

L’avocat (reprenant son souffle) : Désolé, ça me prend de temps en temps. J’ai été aspergé par des litres et des litres de produits phytosanitaires. La plupart d’entre eux sont interdits, car hautement toxiques. Mais le producteur fait fi des réglementations. En résultent des catastrophes sanitaires tels que cancers, problèmes au foie, malformations du fœtus, et j’en passe. Et les habitants vivant à proximité des plantations sont les premières victimes.

 

L’épicier : Mademoiselle, vous avez fait votre choix ? Je vais bientôt devoir fermer !

 

La jeune femme (les larmes aux yeux) : Et dire que j’aimais tout particulièrement te savourer à la petite cuillère avec un peu de citron…

 

L’épicier : Qué ?

 

La jeune femme (pleurant à chaudes larmes) : Il m’arrivait même de t’étaler généreusement sur mon visage, cherchant désespérément à retrouver mon teint frais et lumineux !

 

L’épicier : ???

 

L’avocat (compatissant) : Bon, écoute, ça va, ça va. Je ne te demande pas de me rayer définitivement de ta vie, mais que nous prenions un peu nos distances toi et moi. Et enfin, consomme un peu plus local, voyons. Franchement, tu veux être écolo et végé mais tu manges des produits qui viennent de pays que tu ne connais même pas. Ça manque un poil de cohérence tout ça… Regarde, ma pote la carotte juste à côté, elle n’arrête pas d’essayer d’attirer ton attention depuis le début de la saison ! 

 

La jeune femme (reniflant et s’essuyant les yeux) : Oui, tu as raison… Allez, je vais prendre des carottes cette fois. Je suis sûre qu’il existe des mets qui sauront tout autant me régaler.

 

Elle attrape quelques carottes qui, au passage, lâchent furtivement : “elle nous calcule enfin!” – et se dirige vers la caisse.

 

L’épicier : Des carottes finalement ? Excellent choix mademoiselle ! Savez-vous que manger des carottes ça rend les fesses roses ?

 

La jeune femme (avec le sens de la responsabilité) : Je sais avant tout qu’elles ont été cultivées en Île de France, et qu’en plus, c’est de saison !

 

La jeune femme sort calmement de l’épicerie la botte de carottes sous les bras. Arborant un large sourire, elle est fière de ne pas avoir succombé à la tentation de consommer un produit n’ayant de vert que sa voluptueuse chaire… 

 

 

Sources :

 

Envoyé spécial. Les avocats du diable—21 sept. 2017 (France 2). (s. d.). Consulté 29 mai 2020, à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=lrpZS1zIrXA
L’impact écologique de l’avocat—YouTube. (s. d.). Brut. Consulté 11 juin 2020, à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=xFPIDAnE734
Les avocats, si délicieux mais scandaleux ! (2017, octobre 22). ConsoGlobe. https://www.consoglobe.com/avocats-aliment-controverse-cg
« En 10 ans, la consommation d’avocats a explosé en Europe ». Itw de Xavier Equihua, directeur général de la World Avocado Organization. (s. d.). lsa-conso.fr. Consulté 29 mai 2020, à l’adresse https://www.lsa-conso.fr/en-10-ans-la-consommation-d-avocats-a-explose-en-europe-itw-de-xavier-equihua-directeur-general-de-la-worlld-avocado-organization,309006
Vous ne regarderez plus jamais les avocats de la même façon. (s. d.). L’Obs. Consulté 11 juin 2020, à l’adresse https://www.nouvelobs.com/planete/20161117.OBS1338/vous-ne-regarderez-plus-jamais-les-avocats-de-la-meme-facon.html
La face cachée des avocats au Chili. (s. d.). Brut. Consulté 29 mai 2020, à l’adresse https://www.brut.media/fr/international/la-face-cachee-des-avocats-au-chili-7e791cd9-d15e-4471-89df-3fde41fd15a0